[C.O.P]*Forum: [EN RAYON] NEVER WINTER NIGHTS - [C.O.P]*Forum

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

[EN RAYON] NEVER WINTER NIGHTS

#1 L'utilisateur est hors-ligne   ViruS 

  • Lieutenant Colonel
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 2 071
  • Inscrit(e) : 09-mars 04

Posté 13 mars 2004 - 18:09

Image IPB

Une accusation pas si sévère que ça, puisqu'en dépit de ses indéniables qualités, Neverwinter Nights n'est pas, pour tout le monde, le soft révolutionnaire que l'on s'imaginait. L'approche est certes intéressante, le contenu original par certains aspects, mais le jeu ne satisfera sans doute pas complètement tous les puristes du jeu de rôle. Comme chacun sait, l'ambition qui est clairement mise en avant dans Neverwinter Nights est de proposer un soft qui s'apparente le plus possible à un jeu de rôle papier en termes de possibilités. A ce titre, le jeu s'appuie sur un suivi très correct des règles de AD&D3, et s'efforce de revisiter à nouveau l'univers des Forgotten Realms sans entrer en contradiction avec toutes les bases déjà établies.

Que l'on ait ou non déjà fait l'expérience d'un Baldur's Gate ou de tout autre RPG avoisinant, on prend ses marques rapidement dans Neverwinter Nights, que les concepteurs ont voulu rendre accessible au plus grand nombre. Ainsi, la phase de création de personnage s'effectue de manière on ne peut plus classique en choisissant l'une des 7 races disponibles puis en déterminant sa classe parmi 11 au choix. Les habitués pourront se laisser guider par leur intuition en effectuant eux-mêmes la création de A à Z, tandis que les novices profiteront de l'assistance de l'interface qui permet d'opter pour l'un des nombreux profils prédéfinis. A noter que l'un des points forts de Neverwinter Nights est justement de permettre une spécialisation des personnages très poussée au fur et à mesure qu'il gagne en expérience (l'XP est toutefois limitée au lvl 20), mais cela n'empêche pas ceux qui ne veulent pas se prendre la tête à réfléchir à la distribution des points d'opter systématiquement pour une répartition recommandée.

Une fois dans le jeu, on comprend mieux pourquoi les développeurs n'ont cessé d'insister sur les qualités du multijoueurs, de l'éditeur de niveau et des possibilités offertes au MJ. C'est évident, même si l'atmosphère est excellente dès le début du jeu, la campagne solo s'avère relativement facile et sans grande originalité. On ne retrouve pas vraiment la même profondeur de jeu que dans Baldur's Gate 2 ou Icewind Dale, qui proposaient notamment des quêtes secondaires un peu plus consistantes, et un système de combat plus tactique. Le problème vient en partie du fait qu'il n'est pas possible d'être assisté par plus d'un compagnon à la fois, et que celui-ci se débrouille de manière autonome sans que l'on puisse le contrôler directement. Le résultat est qu'il n'existe plus de véritable gestion de groupe de personnages, et la fréquence des affrontements donnent parfois l'impression de retrouver des sensations plus proches d'un diablo-like que d'un Baldur's Gate.

Mais cela ne retire en rien le dynamisme de ces combats que l'on enchaîne sans pourtant réussir à se lasser. Et si les environnements sont souvent vastes, la possibilité de recourir à une pierre de rappel permet de se sortir de plus d'un mauvais pas en se téléportant d'un temple à un donjon en un rien de temps. Très différente de celle proposée habituellement dans les jeux Bioware, l'interface se dompte rapidement, même si l'on aurait aimé pouvoir accéder à davantage de raccourcis claviers. Mais comme nous l'avons dit, la campagne solo n'est pas le véritable coeur de Neverwinter Nights, car le jeu propose par ailleurs un certain nombre d'outils destinés à permettre aux rôlistes de créer leurs propres aventures comme ils le feraient dans un JDR papier. Là encore, ce n'est que lorsqu'on rentre en profondeur dans l'éditeur de scénarios que l'on s'aperçoit que tout n'est pas rose. Car si, à première vue, on croit pouvoir se débrouiller dans les options malgré l'absence totale de didacticiel, les choses se compliquent rapidement lorsqu'on veut réaliser des choses un tant soit peu pointues, notamment en ce qui concerne les interactions avec les PNJ. Bref, tout ce qui est nécessaire à la richesse d'un JDR papier passe généralement par la création d'un petit programme que seuls les initiés seront à même d'utiliser. La création de modules simples ne pose toutefois aucun problème, et de nouveaux modules sont proposés régulièrement en téléchargement sur le site officiel du jeu, mais pour l'instant uniquement en VO.

A côté de cela, tout l'aspect role play offre tout de même pas mal de possibilités au MJ, qui pourra par exemple adapter à n'importe quel moment le niveau de difficulté pour modifier la nature des rencontres en fonction du niveau des joueurs, ou encore gérer complètement les interactions avec les PNJ. Autant de possibilités qui renforcent l'intérêt des parties en multijoueurs. En définitive, et malgré tous les petits défauts que l'on pourra évoquer pour pinailler, Neverwinter Nights reste un excellent titre que l'on conseillera forcément à tous les rôlistes. Ceux qui auront pris leur mal en patience pour ne pas craquer avant la VF du jeu profiteront d'une version entièrement localisée, quant aux irréductibles possesseurs de Mac, ils devraient pouvoir découvrir ce soft peu de temps après la sortie du jeu sur PC.

Source : www.jeuxvideos.com
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)