[C.O.P]*Forum: [EN RAYON] D-Day - [C.O.P]*Forum

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

[EN RAYON] D-Day

#1 L'utilisateur est hors-ligne   ViruS 

  • Lieutenant Colonel
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 2 071
  • Inscrit(e) : 09-mars 04

Posté 06 septembre 2004 - 15:16

Image IPB

Dernier bébé de Digital Reality (Afrika Korps VS Desert Rats...), D-Day a pour ambition de nous plonger dans les terribles combats qui ont eu lieu il y a de cela une soixantaine d'années en Normandie, et plus précisément sur la célèbre plage d'Omaha. La campagne solo du jeu vous permet en effet de participer à ce moment clé de la seconde guerre mondiale.


Editeur: Monte Cristo Multimédia
Développeur : Digital Reality
Type : Stratégie
Support : CD
Multijoueurs : jusqu'à 8 joueurs en LAN ou via internet
Sortie : 25 Aout 2004
Version : voix en anglais, textes en français
Config minimum : Win 98/2000/ME/XP, PIII 1GHz, 256 Mo de RAM, carte video 3D 64 Mo
Config conseillee : Win 98/2000/ME/XP, PIV 1,4 GHz, 512 Mo de RAM, carte video 3D 64 Mo (Geforce 4, Radeon 9600 ou plus)
Classification :
Déconseillé aux - de 16 ans
Similaire à : Codename : Panzers , Afrika Korps Vs Desert Rats


Vous dirigez les Alliés (il n'y a pas de campagne allemande : dommage) et vous devez débarquer et avancer sous le feu ennemi pour prendre les bunkers qui trônent sur les dunes. Cette mission constitue évidemment le moment fort du jeu. Mais avant d'en arriver là, il faudra préparer le terrain. L'opération Overlord commence en effet dans la nuit du 6 juin lorsque des planeurs de transport ont atterri en Normandie avec pour but d'y déposer des troupes de la 6ème division aéroportée britannique qui devront prendre le Pegasus Bridge. Un point stratégique s'il en est puisque celui-ci conditionne à lui seul la réussite ou l'échec du débarquement qui aura lieu quelques heures plus tard sur Sword Beach. En effet, prendre ce pont c'est couper l'arrivée des renforts et du ravitaillement allemand, c'est donc vital pour les troupes navales et terrestres qui arrivent derrière.

La première mission se déroule donc de nuit et permet au joueur de se faire la main avec l'interface du jeu. Les habitués des STR et surtout ceux d'Afrika Korps VS Desert Rats retrouveront très vite leurs marques puisque la jouabilité n'a rien de très original. L'interface au bas de l'écran permet de définir le comportement de vos unités (utilisation des aptitudes spéciales de chacune, ramper pour être plus discret...) et une petite carte s'affiche pour que vous puissiez voir où se situent vos objectifs. Bref, tout est fait pour vous faciliter la vie, d'autant qu'une pause active est présente et permet de planifier tranquillement votre tactique sans risquer la vie de vos hommes. D-Day dispose aussi de tous les petits plus qui font la richesse d'un jeu de stratégie moderne : possibilité de prendre les unités lourdes adverses, d'entrer et de tirer depuis les bâtiments, de déloger les troupes adverses d'un bunker grâce aux unités lance-flammes, de poser des mines... En fait, chaque unité à ses spécificités et ses capacités spéciales. Vous pouvez retrouver un descriptif détaillé des caractéristiques de vos hommes et de votre matériel dans la base documentaire très complète qui est à votre disposition. Outre ces différents renseignements indispensables pour bien utiliser vos troupes, de petits documents très bien faits résument parfaitement le contexte historique de l'époque. De plus, un menu "Extras" dans lequel on trouve des vidéos de témoignages de vétérans et d'habitants est à votre disposition. Une excellente idée que l'on aimerait voir reprise dans d'autres titres, car ce petit côté "mini encyclopédie" permet de ne pas jouer idiot et de compléter ses connaissances en histoire.

D-Day est un jeu très réaliste de par les unités présentes à l'écran, répliques de celles de l'époque, mais aussi grâce aux objectifs de missions qui vous sont confiés. En effet, l'enchaînement des niveaux est parfaitement expliqué et commenté par des briefings, cartes à l'appui. La première partie de la campagne vous entraîne dans la prise du Pegasus Bridge, au débarquement proprement dit. La deuxième partie vous fait participer à la lutte pour Carentan (un nom familier aux férus d'histoires et à ceux qui ont regardé la série Band of Brothers), à la prise de Cherbourg. Enfin, la dernière partie commence fin juillet 44 avec l'opération Cobra. Il s'agira de conforter les positions et d'avancer plus profondément à l'intérieur des terres et de faire face à la résistance allemande. Le tout est parfaitement logique et les événements du jeu qui se passent en gros de juin à août 1944 s'imbriquent parfaitement. La campagne (composée de 12 missions) a été soignée et cela se voit. De plus, les différents niveaux de difficulté permettent d'adapter le niveau de l'ordinateur à votre expérience des STR.

Et justement, parlons un peu de l'IA. Et bien celle-ci se révèle un peu défaillante. Par exemple, lorsque des ennemis sont dans un bunker et que vous commencez à les attaquer, ceux-ci ne tenteront pas de s'enfuir pour éviter les grenades ou les lance-flammes, ils restent bien sagement dans leur baraquement attendant que vous mettiez fin à leurs jours. Autre petit problème : l'intelligence artificielle est visiblement faite de scripts. Ainsi, certaines unités adverses bougent subitement lorsque vous avez rempli un de vos objectifs : vous détruisez un canon et des troupes d'infanterie vous tombent dessus par exemple. Si cet aspect est certainement fait pour respecter l'enchaînement réel des événements de l'époque, il nuit gravement à la rejouabilité du jeu puisqu'on sait d'avance quels sont les parcours des patrouilles adverses et le moment où elles vont attaquer. Quelque chose de plus spontané et imprévisible aurait certainement donné un meilleur résultat. Les réactions de vos troupes ne sont pas non plus exemptes de reproches. En effet, lorsqu'un grand nombre d'unités sont à l'écran, elles semblent avoir du mal à se déplacer l'une par rapport à l'autre. Et c'est d'autant plus flagrant avec les véhicules. Si vous donnez l'ordre à un char d'assaut de se placer à l'avant du cortège, il mettra très longtemps à trouver un chemin pour y accéder si vous ne l'y aidez pas un minimum en dégageant les autres véhicules de son chemin par exemple. Et oui, ceux-ci ne se pousseront absolument pas pour le laisser passer.

Si hormis ces quelques problèmes d'IA et de pathfinding, la campagne solo peut difficilement être prise en défaut, il faut bien avouer que le mode multijoueur laisse un petit goût d'inachevé. Il ne comprend que 8 cartes et les options de personnalisation de sa partie sont très limitées : choix des pays (Etats-Unis, France, Allemagne...), mode deathmatch ou conquête.... De plus, il ne faut pas trop compter sur l'éditeur de maps inclus qui s'avère très complexe à utiliser. L'absence d'un mode escarmouche est aussi très remarquée, celui-ci étant remplacé par la possibilité de refaire les missions de la campagne solo avec les unités de son choix. Mouais... Quant à la réalisation graphique, elle est plutôt moyenne : on retrouve le vieillissant moteur d'Afrika Korps VS Desert Rats. Au final, D-Day est un jeu qui ne vaut que pour sa campagne très bien mise en scène, mais il est à oublier si votre objectif principal est de faire du multijoueur.


Image IPB

Image IPB

Image IPB
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   J@r0d 

  • Maitre de L'univers
  • Icône
  • Groupe : [C.O.P]*Admins
  • Messages : 4 374
  • Inscrit(e) : 09-mars 04
  • Location:NEUF_TROIS
  • Interests:Frager, manger, Frager, Manger

Posté 06 septembre 2004 - 16:46

Et bien c'est une bonne nouvelle, d'autant plus qu'un des développeurs est un ancien collègue, on va d'ailleur voir s'il peut nous faire une petite présentation en avant première, une petite interview pourrait etre sympa
L'enfer était complet alors je suis revenu

Image IPB
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)