Warning: Illegal string offset 'post' in /public_html/copteam/ibf2/admin/sources/classes/bbcode/custom/defaults.php on line 916

Warning: Illegal string offset 'name' in /public_html/copteam/ibf2/admin/sources/classes/bbcode/custom/defaults.php on line 922

Warning: Illegal string offset 'date' in /public_html/copteam/ibf2/admin/sources/classes/bbcode/custom/defaults.php on line 922

Warning: Illegal string offset 'timestamp' in /public_html/copteam/ibf2/admin/sources/classes/bbcode/custom/defaults.php on line 922

Warning: Illegal string offset 'post' in /public_html/copteam/ibf2/admin/sources/classes/bbcode/custom/defaults.php on line 916

Warning: Illegal string offset 'name' in /public_html/copteam/ibf2/admin/sources/classes/bbcode/custom/defaults.php on line 922

Warning: Illegal string offset 'date' in /public_html/copteam/ibf2/admin/sources/classes/bbcode/custom/defaults.php on line 922

Warning: Illegal string offset 'timestamp' in /public_html/copteam/ibf2/admin/sources/classes/bbcode/custom/defaults.php on line 922
[ACTU] Sébasto "La Poule" a été payé 477€ !!! - [C.O.P]*Forum

[C.O.P]*Forum: [ACTU] Sébasto "La Poule" a été payé 477€ !!! - [C.O.P]*Forum

Aller au contenu

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

[ACTU] Sébasto "La Poule" a été payé 477€ !!!

#1 L'utilisateur est hors-ligne   Sturf 

  • GENERAL STURF
  • Icône
  • Groupe : [C.O.P]*Admins
  • Messages : 6 991
  • Inscrit(e) : 15-mars 04
  • Sexe:Male
  • Location:IDF
  • Interests:Mixage et SnowBoard

Posté 06 novembre 2007 - 23:25

Article tiré du Web
www.ratiatum.com/news5950_La_poule_vend_100000_disques_chez_Sony_et_se_retrouve_au_RMI.html



Source : 'La poule' vend 100.000 disques chez Sony et se retrouve au RMI !
Publié le Jeudi 01 novembre 2007, à 15H44 (+0100 GMT)
Par Guillaume Champeau

Mais qu'est-ce qui peut bien pousser des artistes comme Radiohead, Nine Inch Nails ou Saul Williams à préférer s'associer aux internautes pirates plutôt qu'aux maisons de disques qui ne leur veulent pourtant que fortune et célébrité ? Pour la célébrité, c'est bon. Pour la fortune, c'est moins sûr. Ou comment en direct sur Europe 1, un artiste signé chez Sony BMG raconte en larmes qu'il se retrouve au RMI après avoir vendu cette année plus de 100.000 disques...

Vous l'avez sûrement entendu au moins une fois. Ce fut l'un des tubes de l'année, parfaitement orchestré entre M6 et Sony BMG. Chanté depuis 2004 par Sébasto, "Fais la poule" est propulsé sur le devant de la scène dans l'émission "Incroyables Talents" sur M6, le 16 novembre 2006. Ceux qui ont vu l'émission se souviennent que la chanson (du genre de celles qui tournent en boucle dans la tête une fois qu'on l'a entendue) était matraquée à l'antenne, plusieurs fois par émission. Le but, bien sûr, était de créer chez les spectateurs le désir de retrouver la chanson dans les bacs et de l'acheter dès que possible :

Le buzz a parfaitement fonctionné, et le disque sort deux mois plus tard, le 29 janvier chez Sony BMG. Le clip est diffusé sur Internet par Wideo (filiale de M6) dès le 3 janvier :

Les ventes décollent, comme prévu. Tout était parfait. Sébasto, jusqu'alors chanteur enthousiaste mais totalement inconnu, est aux anges. Selon ses propres chiffres, il aurait vendu 108.000 singles de "Fais la poule", 30.000 "La Cantine" (son deuxième single), 116.000 compilations et 17.000 téléchargements. La semaine suivant sa sortie, le titre se hisse directement en troisième position des disques les mieux vendus, et atteint la deuxième place la semaine suivante. Sébasto et sa poule restent sept semaines de suite dans le top 10 français.

Moins d'un an plus tard, Sébasto demande et obtient le RMI. Entre temps, il a reçu son premier relevé de royalties. Ses gains, dit-il, s'élèvent à 477 euros, auxquels il faut ajouter des avances, "mais quand même minimes aussi".

Comment est-ce possible ?

Malheureusement, si ce genre d'histoires se raconte peu dans les grands médias, elles sont choses courantes. Simplifions beaucoup les choses. Pour bien comprendre comment une maison de disques fonctionne, il faut la comparer à une banque qui prête de l'argent à l'artiste qui souhaite enregistrer un disque, et qu'il va falloir rembourser. La maison de disques commence donc par avancer l'argent pour la production de l'album et provisionne les frais marketing. L'artiste donne alors une partie de la somme reçue pour la production au manager, et au producteur (qui est souvent lié à la maison de disques). Il ne lui reste alors pour vivre, entre la signature du contrat et la sortie de l'album, que la différence restante. Souvent pas grand chose, puisque l'artiste est fortemment incité à dépenser au maximum dans la production. Ensuite, il faut rembourser la somme prêtée, plusieurs dizaines de milliers d'euros, voire plusieurs centaines de milliers en fonction des artistes et des albums. Et le remboursement est prélevé directement sur le paiement des royalties. Ce que touche l'artiste en bout de course n'est donc que l'éventuelle partie des royalties qui dépasse le montant du prêt. Sauf que. Les contrats sont en général ficelés pour obliger à la production de plusieurs albums (ou singles)... et la maison de disques s'octroie par contrat le droit de prélever sur les royalties à verser pour l'album précédent la somme à prêter pour l'album suivant. Ce qui fait qu'un artiste peut enchaîner plusieurs albums dans une même maison de disques sans jamais voir la couleur de ses royalties. Ca peut durer comme ça plus de dix ans pour trois albums, surtout que les maisons de disques connaissent des tas d'astuces pour repousser l'enregistrement et la sortie des albums.

Voilà sans doute pourquoi Sébasto, qui n'a probablement lu de son contrat que l'article prévoyant environ 8 % des revenus net, se retrouve avec un simple chèque de 477 euros après avoir vendu plus de 100.000 singles. Il aurait de toute façon eu toutes les peines à comprendre son contrat s'il l'avait lu, tant la rédaction d'un contrat d'édition est faite pour brouiller les pistes. C'est au manager de bien conseiller son client. Mais selon le témoignage de Sébasto, ses managers se seraient assurés la part du lion avec 60 % de frais sur toutes les avances et 42 % sur les ventes de disques ! Des sommes que les managers, eux, ne doivent pas rembourser à la maison de disques. Porter plainte ? Trop long, trop cher, pour un résultat trop incertain. Le contrat fait loi.

Voilà pourquoi des artistes comme Radiohead, Nine Inch Nails ou Saul Williams quittent aujourd'hui les maisons de disques. Et pourquoi ils devraient être de plus en plus nombreux à se passer du prestige d'une signature chez Sony BMG ou quelqu'autre label.

target="_blank">'La poule' vend 100.000 disques chez Sony et se retrouve au RMI !
Publié le Jeudi 01 novembre 2007, à 15H44 (+0100 GMT)
Par Guillaume Champeau


Mais qu'est-ce qui peut bien pousser des artistes comme Radiohead, Nine Inch Nails ou Saul Williams à préférer s'associer aux internautes pirates plutôt qu'aux maisons de disques qui ne leur veulent pourtant que fortune et célébrité ? Pour la célébrité, c'est bon. Pour la fortune, c'est moins sûr. Ou comment en direct sur Europe 1, un artiste signé chez Sony BMG raconte en larmes qu'il se retrouve au RMI après avoir vendu cette année plus de 100.000 disques...

Vous l'avez sûrement entendu au moins une fois. Ce fut l'un des tubes de l'année, parfaitement orchestré entre M6 et Sony BMG. Chanté depuis 2004 par Sébasto, "Fais la poule" est propulsé sur le devant de la scène dans l'émission "Incroyables Talents" sur M6, le 16 novembre 2006. Ceux qui ont vu l'émission se souviennent que la chanson (du genre de celles qui tournent en boucle dans la tête une fois qu'on l'a entendue) était matraquée à l'antenne, plusieurs fois par émission. Le but, bien sûr, était de créer chez les spectateurs le désir de retrouver la chanson dans les bacs et de l'acheter dès que possible :

Le buzz a parfaitement fonctionné, et le disque sort deux mois plus tard, le 29 janvier chez Sony BMG. Le clip est diffusé sur Internet par Wideo (filiale de M6) dès le 3 janvier :

Les ventes décollent, comme prévu. Tout était parfait. Sébasto, jusqu'alors chanteur enthousiaste mais totalement inconnu, est aux anges. Selon ses propres chiffres, il aurait vendu 108.000 singles de "Fais la poule", 30.000 "La Cantine" (son deuxième single), 116.000 compilations et 17.000 téléchargements. La semaine suivant sa sortie, le titre se hisse directement en troisième position des disques les mieux vendus, et atteint la deuxième place la semaine suivante. Sébasto et sa poule restent sept semaines de suite dans le top 10 français.

Moins d'un an plus tard, Sébasto demande et obtient le RMI. Entre temps, il a reçu son premier relevé de royalties. Ses gains, dit-il, s'élèvent à 477 euros, auxquels il faut ajouter des avances, "mais quand même minimes aussi".

Comment est-ce possible ?

Malheureusement, si ce genre d'histoires se raconte peu dans les grands médias, elles sont choses courantes. Simplifions beaucoup les choses. Pour bien comprendre comment une maison de disques fonctionne, il faut la comparer à une banque qui prête de l'argent à l'artiste qui souhaite enregistrer un disque, et qu'il va falloir rembourser. La maison de disques commence donc par avancer l'argent pour la production de l'album et provisionne les frais marketing. L'artiste donne alors une partie de la somme reçue pour la production au manager, et au producteur (qui est souvent lié à la maison de disques). Il ne lui reste alors pour vivre, entre la signature du contrat et la sortie de l'album, que la différence restante. Souvent pas grand chose, puisque l'artiste est fortemment incité à dépenser au maximum dans la production. Ensuite, il faut rembourser la somme prêtée, plusieurs dizaines de milliers d'euros, voire plusieurs centaines de milliers en fonction des artistes et des albums. Et le remboursement est prélevé directement sur le paiement des royalties. Ce que touche l'artiste en bout de course n'est donc que l'éventuelle partie des royalties qui dépasse le montant du prêt. Sauf que. Les contrats sont en général ficelés pour obliger à la production de plusieurs albums (ou singles)... et la maison de disques s'octroie par contrat le droit de prélever sur les royalties à verser pour l'album précédent la somme à prêter pour l'album suivant. Ce qui fait qu'un artiste peut enchaîner plusieurs albums dans une même maison de disques sans jamais voir la couleur de ses royalties. Ca peut durer comme ça plus de dix ans pour trois albums, surtout que les maisons de disques connaissent des tas d'astuces pour repousser l'enregistrement et la sortie des albums.

Voilà sans doute pourquoi Sébasto, qui n'a probablement lu de son contrat que l'article prévoyant environ 8 % des revenus net, se retrouve avec un simple chèque de 477 euros après avoir vendu plus de 100.000 singles. Il aurait de toute façon eu toutes les peines à comprendre son contrat s'il l'avait lu, tant la rédaction d'un contrat d'édition est faite pour brouiller les pistes. C'est au manager de bien conseiller son client. Mais selon le témoignage de Sébasto, ses managers se seraient assurés la part du lion avec 60 % de frais sur toutes les avances et 42 % sur les ventes de disques ! Des sommes que les managers, eux, ne doivent pas rembourser à la maison de disques. Porter plainte ? Trop long, trop cher, pour un résultat trop incertain. Le contrat fait loi.

Voilà pourquoi des artistes comme Radiohead, Nine Inch Nails ou Saul Williams quittent aujourd'hui les maisons de disques. Et pourquoi ils devraient être de plus en plus nombreux à se passer du prestige d'une signature chez Sony BMG ou quelqu'autre label.



Après ça, c'est eux qui sont volés :mad: :mad: :mad:
Bien que je n'aime pas cette musique, je trouvce ça dégueulasse !!!
Admin du forum
Pour les Serveurs : Quel serveur ?
0

#2 L'utilisateur est hors-ligne   White_Xs 

  • 1e Classe
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 93
  • Inscrit(e) : 13-octobre 07
  • Location:France

Posté 07 novembre 2007 - 00:10

En effet, c'est révoltant, mais bon comme dirait l'autre "rien de neuf à l'horizon"....

Boarf, de toute façon moi j'achète des cd qu'aux artistes directements, ou à des petits labels donc c'est pas avec moi qu'ils continueront à se faire des sous.

Boycot! ;)
0

#3 L'utilisateur est hors-ligne   ZeN1fografist 

  • Général de Brigade
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 2 994
  • Inscrit(e) : 15-mars 04
  • Sexe:Male

Posté 07 novembre 2007 - 10:54

:dj:

Fais l' pigeon fais l'pigeon fais l'pigeon geon geon
Fais l' pigeon fais l'pigeon fais l'pigeon geon geon

:fourire:
0

#4 L'utilisateur est hors-ligne   Sturf 

  • GENERAL STURF
  • Icône
  • Groupe : [C.O.P]*Admins
  • Messages : 6 991
  • Inscrit(e) : 15-mars 04
  • Sexe:Male
  • Location:IDF
  • Interests:Mixage et SnowBoard

Posté 07 novembre 2007 - 10:54

:mdr: Zen :fourire:
Admin du forum
Pour les Serveurs : Quel serveur ?
0

#5 L'utilisateur est hors-ligne   ZeN1fografist 

  • Général de Brigade
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 2 994
  • Inscrit(e) : 15-mars 04
  • Sexe:Male

Posté 07 novembre 2007 - 10:56

Non, sérieusement un peu de respect, faut l'avouer c'est dur, ce pauvre garçon c'est fait plumer :fourire:
0

#6 L'utilisateur est hors-ligne   Pixel 

  • MISTER*[C.O.P] 2005
  • Icône
  • Groupe : [C.O.P]*Staff
  • Messages : 12 659
  • Inscrit(e) : 09-mars 04
  • Sexe:Male
  • Location:Devant le clavier ...

Posté 07 novembre 2007 - 11:26

Voir le messageSturf, le 07 Nov 2007, 00:25 , dit :

...

Moins d'un an plus tard, Sébasto demande et obtient le RMI. Entre temps, il a reçu son premier relevé de royalties. Ses gains, dit-il, s'élèvent à 477 euros, auxquels il faut ajouter des avances, "mais quand même minimes aussi".

...



J'ai personnellement un peu de mal avec un article qui fournit clairement le montant des "royalties" et ne s'attarde pas trop sur le volume des avances versées ... Que le principe de rétribution soit contestable dans les grandes lignes, je ne le discute pas mais l'exemple n'est pas plus parlant que ça en ce qui me concerne.

Il avait effectivement la possibilité de palper pas mal d'argent en s'appuyant sur une merde sans nom, pourquoi pas ???? Il n'a pas su s'entourer, assurer ses arrières et alors ????

Si le talent était incontestable, il n'en serait pas à deux simples singles et aurait signé un contrat bien différent et on entendrait aujourd'hui parler de lui pour d'autres raisons !!!!

A côté de ça, je trouve effectivement les conditions de rémunération, de couverture sociale et de vie de la plupart des intermitents du spectacle, au sens large, pas forcément des plus acceptables, mais pas à travers ce simple article.

Le titre a eu la notoriété qu'il méritait et l'artiste son moment de gloire éphémère ...

Image IPB
Merci de consulter Les Règles et la liste des TAGS en vigueur avant de poster
0

#7 L'utilisateur est hors-ligne   ZeN1fografist 

  • Général de Brigade
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 2 994
  • Inscrit(e) : 15-mars 04
  • Sexe:Male

Posté 07 novembre 2007 - 14:39

Entiérement d'accord avec Pix...

pas de talent mais il aura pondu une énorme bouse qui, au final, n'était pas la poule aux oeufs d'or attendue :fourire:


P.S. je me lasse pas de ce sujet :P
0

#8 L'utilisateur est hors-ligne   White_Xs 

  • 1e Classe
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 93
  • Inscrit(e) : 13-octobre 07
  • Location:France

Posté 08 novembre 2007 - 22:17

Citation

Il avait effectivement la possibilité de palper pas mal d'argent en s'appuyant sur une merde sans nom, pourquoi pas ???? Il n'a pas su s'entourer, assurer ses arrières et alors ????


Mouais.... Ca dépend la vision de chacun aussi. Pour moi les "artistes" qui s'appuie sur "des merdes sans nom" et se font dans l'argent c'est 80% de ce qui est produit aujourd'hui, alors dans ce cas on "plaint" plus personne.....
Donc je pense qu'il faut voir au dela de ça et qu'il faut surtout voir le côté humain de la chose. Je ne pense pas que ce type, "Sebasto", soit le plus grand méchant bougre du monde, et donc je ne pense pas qu'on puisse limite dire "c'est bien fait" à ce qui lui arrive.
A mon goût, il en fait pas plus que blindés d'autres contre qui personne ne s'insurge spécialement alors....

Il à créer quelque chose, il l'a vendu, c'est carément illogique qu'il ne touche rien. Ca s'arrête là point.
0

#9 L'utilisateur est hors-ligne   ZeN1fografist 

  • Général de Brigade
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 2 994
  • Inscrit(e) : 15-mars 04
  • Sexe:Male

Posté 09 novembre 2007 - 10:54

Voir le messageWhite_Xs, le 08 Nov 2007, 22:17 , dit :



Mouais.... Ca dépend la vision de chacun aussi. Pour moi les "artistes" qui s'appuie sur "des merdes sans nom" et se font dans l'argent c'est 80% de ce qui est produit aujourd'hui, alors dans ce cas on "plaint" plus personne.....
Donc je pense qu'il faut voir au dela de ça et qu'il faut surtout voir le côté humain de la chose. Je ne pense pas que ce type, "Sebasto", soit le plus grand méchant bougre du monde, et donc je ne pense pas qu'on puisse limite dire "c'est bien fait" à ce qui lui arrive.
A mon goût, il en fait pas plus que blindés d'autres contre qui personne ne s'insurge spécialement alors....

Il à créer quelque chose, il l'a vendu, c'est carément illogique qu'il ne touche rien. Ca s'arrête là point.


Dans l'absolu on est évidement d'accord avec toi.
Mais (parce qu'il y a toujours un mais...)
1 - on ne précise en effet pas le montant des avances !
2 - c'est si drôle vu le sujet de plaisanter (mais c'est vrai que les méchants distributeurs méritent des noms d'oiseaux :fourire:
3 - si il désire entamer un procès il aurait bien tord de ne pas jouer au pauvre petit plumé histoire de se donner des chances de victoires aux Prud'hommes ou en basse cours :mrgreen:
4 - l'histoire ne dit pas si il n'a pas mal investi les avances concédées, en jouant par exemple le tout sur une seule action en bourse type Eurotunnel et, c'est bien connu, à ce jeu il ne faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier :fourire:
5 - au lieu d'aller faire le coq lorsqu'il a signé son contrat il aurait dû lire l'ensemble des petites clauses en bas... tout était écrit, ce qui lui arrive, ça couvait :lunettes-cool:
6 - je crois que je viens de tarir ma source d'inspiration... plus de jeux de mots en tête... je repose la plume :P
0

#10 L'utilisateur est hors-ligne   White_Xs 

  • 1e Classe
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 93
  • Inscrit(e) : 13-octobre 07
  • Location:France

Posté 09 novembre 2007 - 11:15

Citation

4 - l'histoire ne dit pas si il n'a pas mal investi les avances concédées, en jouant par exemple le tout sur une seule action en bourse type Eurotunnel et, c'est bien connu, à ce jeu il ne faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier :fourire:


:D :D :D :D :D
0

#11 L'utilisateur est hors-ligne   Pixel 

  • MISTER*[C.O.P] 2005
  • Icône
  • Groupe : [C.O.P]*Staff
  • Messages : 12 659
  • Inscrit(e) : 09-mars 04
  • Sexe:Male
  • Location:Devant le clavier ...

Posté 14 novembre 2007 - 14:57

Voir le messageWhite_Xs, le 08 Nov 2007, 23:17 , dit :



Mouais.... Ca dépend la vision de chacun aussi. Pour moi les "artistes" qui s'appuie sur "des merdes sans nom" et se font dans l'argent c'est 80% de ce qui est produit aujourd'hui, alors dans ce cas on "plaint" plus personne.....
Donc je pense qu'il faut voir au dela de ça et qu'il faut surtout voir le côté humain de la chose. Je ne pense pas que ce type, "Sebasto", soit le plus grand méchant bougre du monde, et donc je ne pense pas qu'on puisse limite dire "c'est bien fait" à ce qui lui arrive.
A mon goût, il en fait pas plus que blindés d'autres contre qui personne ne s'insurge spécialement alors....

Il à créer quelque chose, il l'a vendu, c'est carément illogique qu'il ne touche rien. Ca s'arrête là point.


J'ai arrêté les rêves utopiques à peu prêt à la même douloureuse époque ou j'ai dévouvert que le Père Noël c'était les parents et la petite sourie aussi. ;)

Sur le fond, je suis assez d'accord avec l'approche ... Je trouve juste qu'on est loin d'utiliser le bon exemple, rien de plus ... Si tu me relis et que tu ne quotes pas qu'une seule et unique ligne, tu t'en appercevras assez facilement ... Sp'ice de journaliste va.
:mrgreen:
Image IPB
Merci de consulter Les Règles et la liste des TAGS en vigueur avant de poster
0

#12 L'utilisateur est hors-ligne   Trinity 

  • Caporal Chef
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 272
  • Inscrit(e) : 24-août 07
  • Location:Pontault Combault (77)

Posté 15 novembre 2007 - 06:49

Comme c'est balot!! :huh:

Bon et sinon, sans parler de talent... un contrat fait souvent loi oui ,mais pas toujours, il y a bien des jurisprudences quand même non?
C'est dingue, j'en ai ras le bol de voir tous ces gens se voler dans les plumes à tire larigot! (promis c'est la première chose qui m'est venue à l'esprit, c'est la faute à Zen :wacko: :wacko: )
Coalition Of Pontault-Combault
0

#13 L'utilisateur est hors-ligne   ZeN1fografist 

  • Général de Brigade
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 2 994
  • Inscrit(e) : 15-mars 04
  • Sexe:Male

Posté 15 novembre 2007 - 08:40

Voir le messageTrinity, le 15 Nov 2007, 06:49 , dit :

C'est dingue, j'en ai ras le bol de voir tous ces gens se voler dans les plumes à tire larigot!


Mince je l'avais loupé celle-là :bravo:

Vachement porteur la poule quand même pour pondre des blagounettes :P


N'empêche qu'à chaque fois que je repasse dans ce sujet j'ai mal pour ce garçon. Quand on y pense, si le chanteur de la poule avait des dents, il aurait pû évoluer dans ces milieux sans se faire avoir et aurait touché ces gages (à poule), c'est triste. C'est vraiment une histoire de poule sans le pot :cry:
Dire qu'il avait remixé le titre pour avoir un beau 45 tours qui comportait sur ces faces les titres incroyables nommés respectivement Poule A et Poule B...
Comme quoi le showbiz c'est toujours des ascensions fulgurantes aussitôt suivi de chutes vertigineuses... il s'est levé avec La Poule et sitôt fait il s'est couché avec. Et c'est pas faute d'avoir accepté le ridicule dans son costume... franchement on peut dire qu'avec La Poule il s'est mouillé :P
0

Page 1 sur 1
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)