[C.O.P]*Forum: [PREVIEW] FAR CRY: Sortie prévue le 25 mars 2004 ... - [C.O.P]*Forum

Aller au contenu

  • (4 Pages)
  • +
  • « Première
  • 2
  • 3
  • 4
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

[PREVIEW] FAR CRY: Sortie prévue le 25 mars 2004 ...

#61 L'utilisateur est hors-ligne   Double_Zer@w 

  • Sergent Chef
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 426
  • Inscrit(e) : 12-mars 04

Posté 24 mars 2004 - 23:07

FARCRY Multiplayer C'est GENIAL !!!!!!! bouchhhhhe


A ESSAYER DE TOUTE URGENCE /* /*
0

#62 L'utilisateur est hors-ligne   ViruS 

  • Lieutenant Colonel
  • Groupe : [C.O.P]*Forum
  • Messages : 2 071
  • Inscrit(e) : 09-mars 04

Posté 31 mars 2004 - 17:25

Bon fallait pas mais j'ai investi (un bon d'achat Micromania ayant contribué à la chose).

J'ai installé avec la peur que mon PC soit poussif et que ce jeu ne soit pas le MUST HAVE que Serious_K et Pixel avait l'air de dire.


Je joue et là j'en prends plein la tête. C'est méga beau, méga fluide et méga bandant.

Je lance une multijoueur, et pareil...

Comme le dit lolo le multijoueur y déchire sa race !!!! :mrgreen:

Si on y joue pas au prochain réseau, je sais pas ce qu'il vous faudra !!!
0

#63 L'utilisateur est hors-ligne   Pixel 

  • MISTER*[C.O.P] 2005
  • Icône
  • Groupe : [C.O.P]*Staff
  • Messages : 12 662
  • Inscrit(e) : 09-mars 04
  • Sexe:Male
  • Location:Devant le clavier ...

Posté 07 avril 2004 - 11:56

Je vous livre, ci-dessous, l'article de materiel.be concernant ce jeu:

Citation

Introduction

S'il est d'avantage dans nos habitudes de placer du matériel sur nos bancs de test, il convient toutefois de se rappeler de temps en temps à quoi peut bien servir ces pièces parfois hors de prix. FarCry nous a donné une réponse toute faite. Et point besoin d'une analyse en profondeur, les premières secondes de jeu vous rappelle que vous n'avez pas vraiment eu tort d'investir dans une carte graphique à 400€.

Néanmoins, les éventuelles compagnes ou épouses ne cerneront peut être pas avec autant d'évidence le pourquoi de cette achat au lieu du canapé devant être remplacé depuis plusieurs mois. Il convient donc de leur faire une petite démonstration et leur faire ouvrir les yeux sur les réelles nécessités de la vie. Bon, d'accord, il y a fort peu de chance que cela passe, mais tant qu'à se faire écharper, autant essayer d'éviter le pire.

Plantons le décor d'entrée de jeu : Farcry est beau, même très beau. Plus que cela, c'est du jamais vu graphiquement. Le réalisme et la finesse des décors sont à faire tomber la mâchoire dès que le panorama se dévoile sous vos yeux pour la première fois. D'un point de vue pratique, une telle surprise n'aide pas au jeu car à force d'admirer le paysage, on en oublie les autochtones armés et blasés d'un tel décor ; leur seule idée étant de vous aligner le portrait du bout de leur carabine M4.

Graphiquement superbe

Techniquement, jamais un FPS (First Person Shooter) n'avait proposé un tel niveau graphique. Alors que tout le monde attend Doom³ et Half-Life², Far Cry jette un véritable pavé dans la mare. Gérant une multitude d'effets propres à DirectX9, c'est un véritable régal pour les yeux. Néanmoins, cela a un prix car en dessous d'un Pentium IV 3.0Ghz (ou équivalent) secondé par 512Mo de RAM et une Radeon 9700, inutile d'espérer tirer réellement parti de tout le potentiel graphique du jeu.

Oui, Far Cry est gourmand, tant en ressources qu'en espace puisqu'il occupe plus de 3 Go sur le disque dur. Une bonne chose est qu'il tient sur un DVD et uniquement sur DVD puisqu'aucune version multi-CD n'est et ne sera disponible. Nous n'aborderons pas les termes techniques désignant telle ou telle fonction propre à DirectX 9 et gérée par le jeu. Non, plus qu'un long discours, voici quelques screenshots qui parlent d'eux mêmes.

Les détails au maximum, c'est très jouable, hormis lors de grands panoramas où de légères saccades se font sentir et également lors d'échauffourées lorsque les balles sifflent et qu'une meute de vilains armés comme des fous en veulent à vos mollets. Dans ces moments-là, on sent que la machine a de la peine à suivre. Mais ce n'est généralement pas dans ces conditions-là que l'on apprécie la finesse des détails graphiques, ni la texture de la balle qui vous passe à 2 centimètres de l'œil gauche.

Test de diverses configurations

Hormis la configuration de votre serviteur utilisée durant l'intégralité du jeu, nous avons tout de même voulu tester ce que cela donnait sur une autre configuration sur laquelle nous avons successivement installé une Radeon 9800 Pro, une GeForce FX 5900XT et une bonne vieille GeForce Ti 4200. Ici non plus, pas de scores ou de Fps car nous doutons qu'une demi image en plus sur un total de 25 soit foncièrement parlant, bien qu'en pratique nous avons pu constaté des différences bien plus grandes. Nous parlerons donc de jouabilité et d'impression générale.

[color=blue]Configuration:

[list]Processeur INTEL Pentium IV-E 3.4Ghz (Prescott)
Asrock P4S55FX
1024Mo Corsair XMS Pro PC4000 CAS3
AA :4x / AS :4x / Max détails[list]

Radeon 9800 Pro

Utilisée pour les captures d'écran de la page précédente et comme déjà signalé, avec cette carte la jouabilité est très bonne, très fluide sauf lors de grandes prises de vue. La qualité graphique est de tout premier ordre. Néanmoins, les plus exigeants reverront les détails légèrement à la baisse afin de bénéficier d'une fluidité de mouvement continue quel que soit le décor.

GeForce FX5900XT

Naturellement, cette carte ne joue pas dans la même cour que la Radeon 9800 Pro. Nous le savions et cela se ressent d'entrée de jeu. La fluidité est perfectible, même dans des endroits plus clos. Indiscutablement, il faut revoir à la baisse les détails graphiques au risque de trouver le jeu lourd et fatiguant. Question qualité graphique, rien à redire : c'est aussi beau que la Radeon 9800 Pro.

GeForce4 Ti4200

Là aussi, on descend d'un fameux échelon. Même si cette génération de cartes n'a pas à rougir face aux cartes actuelles de milieu de gamme dans des jeux plus anciens, il faut avouer que Far Cry la met à genoux. C'est limite si on ne l'entend pas crier "arrêtez, achevez-moi". La fluidité est inexistante et on ne doit jamais faire plus de 10fps. Avec les détails revenus au minimum et les AA et AS désactivés, elle se sent déjà beaucoup plus à l'aise. Question qualité graphique, cette carte n'est pas compatible DirectX9 et ça se voit très nettement. Néanmoins, il convient de relativiser. Les effets propres à DirectX9 ne sont pas aussi prédominants que cela et sans ces derniers, la qualité générale reste bonne. Malgré tout, ces effets en mettent tellement plein les yeux que leurs absences se ressentent incontestablement.

Depuis peu, il existe un patch dans sa version 1.1 et corrigeant certain nombre de bugs, notamment graphiques. Sans le patch, certains chargements automatiques après une mort aussi inattendue que vexante vous obligera à répéter l'opération manuellement, sans quoi les bugs graphiques seront au rendez-vous. Malheureusement, le patch une fois installé ne nous a pas convaincu de son utilité concernant ces problèmes graphiques. Si les précédents bugs ne se sont plus répétés, d'autres sont réapparus. Malgré tout, cela reste assez anodin pour ne pas annihiler l'enthousiasme de poursuivre le jeu.

Au coeur du jeu...

Assez pleuré, venons-en au jeu proprement dit. Le prologue pourrait se résumer de la façon suivante : vous incarnez Jack Carver, ex-agent d'infiltration coulant des jours paisibles dans les îles du Pacifique en s'occupant paisiblement d'une société de location de bateaux. Tout aurait pu en rester là. Naturellement, louer un bateau toutes les 10 min en bronzant dans un hamac le reste du temps aurait sérieusement handicapé l'intérêt du jeu. Donc, chez Critek, ils se sont dit : intégrons un élément perturbateur. Cet élément est incarné par une personne de la gente féminine. Journaliste de son état, Valérie Constantine (puisque c'est ainsi qu'elle se nomme) engage notre ami Jack afin que ce dernier la conduise dans un atoll isolé. Jusque là, rien de bien compliqué jusqu'à la réception d'une première roquette bien cadrée dans la coque du bateau.

A demi conscient et noyé, Jack réussira à se glisser dans un vieux bunker japonais. Voilà, "End Of Intro et Start To Be Shooted". Soyons honnête, le scénario n'a rien d'un futur Oscar s'il était adapté au cinéma. Vous allez devoir vous remettre dans la peau d'un agent d'infiltration chargé de démasquer une organisation spécialisée dans les manipulations génétiques et les mitraillages collectifs à gros budget. En gros, rien de bien original.

Au travers de pas moins de 20 niveaux, vous devrez vous frayer un passage parmi moult garnisons d'armoires à glace et de mutants dégénérés. Pour vous aider sont mis à votre disposition quelques véhicules qu'il vous sera loisible d'utiliser, à savoir Buggy, Hammer, camion, bateau et deltaplane. Si les Buggy et Hammer sont munis de mitrailleuses lourdes, ainsi que certains bateaux, l'intérêt du camion ne sera évident que pour certains ayant récemment raté leur permis poids lourd. Non armé et lent, il est aussi maniable qu'un Panzer dans un magasin de porcelaine. Les bateaux vous seront utiles pour rallier rapidement deux îles ou alors faire un petit peu de ménage (seulement avec la vedette armée) sur les quais avant de débarquer gentiment. Le deltaplane n'a pas une utilité prépondérante, hormis le fait de vous faire ressembler à un gros pigeon inscrit à un concours de tir sur cible. Néanmoins, il permet d'avoir une vue imprenable sur le décor. Malgré tout, se croire invincible au volant d'un Buggy est une grave erreur. Si même il vous protège relativement des tirs ennemis, son inertie au déplacement en fait une cible facile. C'est encore pire avec le Hammer, armé en plus d'un lance missile, mais bien plus lourd en contrepartie.

Discrétion et stratégie

Le jeu est principalement basé sur de l'infiltration. Joueur de Serious Sam, revoyez votre copie car le mode bourrin, ça ne passe pas. Il conviendra de soigneusement préparer ses attaques et de localiser tous les ennemis avant d'aller dire bonjour aux indigènes. A ce sujet, l' IA est extrêmement bien développée et on est à cent lieues du traditionnel ennemi bête et méchant qui se jette sur vous jusqu'à ce qu'il se fasse descendre. Ici, tout est géré en fonction de la situation. Vous pouvez très bien surprendre un ennemi par derrière et lui trancher la gorge.

Par contre, si vous êtes repéré, attendez vous à un barrage de balles. Les ennemis analyseront la situation et en fonction de cela, vous encercleront tout en déployant une méthode de contre-attaque réfléchie et bien entendu, assez efficace. Un ennemi blessé se retirera à l'abri pour mieux vous surprendre d'un autre côté.

Le maître mot sera donc discrétion et stratégie. Vous aurez affaire à toutes sortes d'ennemis. Allant du simple mercenaire muni d'un Jungle Falcon au membre de troupes d'assaut armé de fusil de sniper, lance roquettes et autre fusil d'assaut, sans oublier le gilet pare balle et le bouclier de protection. Autant vous dire que pour certains, il ne vous faut pas compter vos balles.

Diverses créatures...

Passé le stade des mercenaires, voilà les charmantes bestioles. Bestioles ? Où ça ? Ne sommes nous pas dans un cadre idyllique ? Euh…. Non. Même si les premiers décors incitent plus à une baignade qu'autre chose, la suite est beaucoup plus glauque. Au travers des bunkers sombres, des jungles embrumées et autres catacombes, le taux d'adrénaline ne manquera pas de monter rapidement...

Vous faire surprendre sera synonyme de mort dans bien des cas, ainsi donc il conviendra d'être toujours sur ses gardes et d'utiliser au maximum les outils mis à votre disposition, comme les jumelles qui repèreront pour vous tous les ennemis camouflés, invisibles autrement.

En ce qui concerne la famille mutant, on reste un peu sur sa fin aux vues des 4 ou 5 espèces maximum disponibles. Relativisons car un seul spécimen vous donnera quand même du fil à retordre. Il vous faudra lutter contre "Belle-dent", "Tonton fligueur-à-la-roquette" et l'autre petit sournois qui à la fâcheuse manie d'être invisible sans l'outil idoine.

Objectifs, interactions...

Les objectifs des missions ne sont jamais bien compliqués. Se rendre à un point, faire sauter un mur par ci, une station de communication par là, rien de bien complexe nécessitant un QI élevé. Enfin, si le boss final était une partie de Scrabble ou de mots croisés, nous douterions du succès du jeu.

L'interaction avec l'environnement n'est pas en reste. En effet, un baril stocké par le plus grand des hasards au sommet d'une bute pourra découragé quelques petits malins occupés à monter afin de vous parler balistique au creux de l'oreille. Bon nombre d'objets ne sont pas fixes et il vous sera possible des les briser ou de les renverser. Oui, nous n'avons pas pu y résister, il y a aussi la possibilité de flinguer des poissons. Non, nous n'en sommes pas fiers.

Si le scénario et l'action en général sont somme toute assez linéaires, il y a néanmoins quelques passages qui ne manqueront pas de vous donner du fil à retordre et de réveiller le guerrier qui sommeille en vous. De plus, ne cherchez aucun raccourci "Save" ou même l'option dans le menu principal. Il n'y a tout simplement pas la possibilité de sauvegarder manuellement la partie en cours. Les sauvegardes s'opèrent automatiquement une fois atteint un certain endroit dans la mission ou une fois un objectif accompli. Si en général, ces "Checkpoint" sont assez bien situés pour ne pas frustrer continuellement le joueur, l'intérêt d'un tel système est discutable et plus négatif qu'autre chose. Surtout lorsque le dîner est sur la table et qu'il n'y a pas moyen de sauvegarder.

Dans le reste du jeu, si le mode bourrin est à proscrire, il en va de même de la méthode "je m'en vais, je retourne chez ma mère". Ne jamais tourner les talons à un ennemi, car si le niveau de difficulté se base principalement sur les dégâts provoqués par un tir de balle, dans tous les cas, les ennemis sont d'excellents tireurs sans aucun scrupule pour vous tirer dans le dos.

Autre difficulté, le "recul" présent avec quasi toutes les armes. Inutiles donc de vider votre chargeur en une fois sur un ennemi. Si le dixième de vos balles le touche, vous pourrez vous estimer chanceux. De courtes rafales ciblées seront beaucoup plus efficaces qu'un mitraillage intensif et évitez de rester à découvert lors des contre-attaques.

Chaque arme peut avoir une possibilité de "zoom" plus ou moins intéressante en fonction de l'arme. De fait, si le fusil Sniper AW50 permet l'utilisation de la lunette avec différentes profondeurs de zoom, la carabine M4 ne vous fournira qu'une vue légèrement rapprochée.

Conclusion

Avec une moyenne d'une heure à une heure et demi par niveau, Far Cry offre une durée de vie très longue, bien meilleure que tous les équivalents actuels. Cela manquait. Ajoutez à cela la possibilité de toujours pouvoir accéder à un endroit par plusieurs chemins, cachés ou non, vous vous apercevrez que Far Cry regorge de possibilités et que chaque recommencement s'accompagnera d'une nouvelle découverte, les maps étant incroyablement vastes. Pourquoi attaquer de front alors qu'il y a une chouette falaise où il sera judicieux de se positionner pour sniper sournoisement tout ce qui bouge ?

Question bande son, les possesseurs de système 5.1 seront comblés. Les effets sont très bien rendus et les grognements lointains des mutants interrompus par votre chat qui saute sur votre bureau mettront à mal votre amour éventuel pour les animaux.

Happy End ? Nous n'en dirons pas plus mais nous sommes restés sur notre faim. Un des seuls bémols de ce jeux, hormis la nécessité d'une configuration achetable uniquement à crédit. Sublime, bien fait, IA bien conçue, prenant, glauque, longue durée de vie, Far Cry a débarqué là où on attendait plutôt un utopique Doom³ ou Half-Life². Sans fioriture, il nous propose une toute nouvelle génération de FPS reléguant au titre d'ancêtre tout ce qui s'était fait jusque là.

Bien que le mode multi-joueurs ne bénéficie pas d'une généreuse provision de maps, le mode solo est incontestablement un must en la matière. Tout ceux qui ont adoré Half-Life ou Half-Life Opposing Force en mode solo retrouveront en Far Cry ce qui a fait défaut à tous les autres jeux depuis lors...

Source: www.materiel.be

Image IPB
Merci de consulter Les Règles et la liste des TAGS en vigueur avant de poster
0

  • (4 Pages)
  • +
  • « Première
  • 2
  • 3
  • 4
  • Vous ne pouvez pas commencer un sujet
  • Vous ne pouvez pas répondre à ce sujet

1 utilisateur(s) en train de lire ce sujet
0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)